Alger en colère après la promotion d’Audrey Azoulay

Partages

La nomination comme ministre de la fille de l’ancien conseiller d’Hassan II, André Azoulay, passe mal en Algérie, notamment auprès de Saïd Bouteflika.  

C’est une véritable levée de boucliers qui a accompagné à Alger l’annonce de la nomination en France d’Audrey Azoulay au ministère de la Culture et de la Communication. Plusieurs officiels algériens n’ont pas hésité à faire part officieusement, à leurs homologues français de leur irritation face à cette « marocanisation la vie politique française ».

Saïd Bouteflika en colère

Le premier à enrager a été Saïd Bouteflika, le frère du chef de l’Etat, qui s’est offusqué auprès de l’un des conseillers de François Hollande de cette nomination très « symbolique ». A Alger, on estime que la scène politico-médiatique française  est « infestée » de politiciens, journalistes et stars d’origine marocaine. Et de surcroit « en mode lobbying » pour le royaume chérifien.

Pour le pouvoir algérien, la nomination d’Audrey Azoulay fait doublement mal. Premièrement, la nouvelle ministre est d’origine juive marocaine, et on sait à quel point la coexistence heureuse entre juifs et arabes au Maroc a servi à l’étranger l’image du Royaume.  Deuxièmement, elle est la fille du conseiller de Hassan II et de Mohammed VI, André Azoulay, qui a de nombreux réseaux à Paris.

Autant dire que le pouvoir algérien, qui a tissé des liens plus qu’étroits avec François Hollande et son entourage, s’inquiète de voir que son frère ennemi marocain n’est pas pour autant marginalisé par la France.

Partages