André Barthélemy s’adresse à S.E.M Mohamed Ould Abdel Aziz Président de la République Islamique de Mauritanie

andre-barthelemy-on-veut-pousser-les-gens-a-l-indifference_large

Lyon, le 18 novembre 2016

Monsieur le Président,

Alors que se déroule en République Islamique de Mauritanie, à Zouérate, à plusieurs centaines de kilomètres de la capitale, le procès en appel de 13 membres de l’association IRA ( Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste), Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme (AEDH) exprime son estime et sa solidarité avec ces militants et leurs avocats, toujours présents dans les combats pour la défense des droits.

L’IRA, ses militants et son président Biram Ould Dah Ould Abeid ( prix des Droits de ‘Homme de l’ONU) qui a récemment subi une longue peine de prison , sont un exemple de détermination et de courage pour tous les militants des droits de l’Homme appelés à soutenir la lutte pour l’éradication de l’esclavage en Mauritanie où il perdure en dépit de son interdiction légale et constitutionnelle, la dernière loi, en 2015, le qualifiant de crime contre l’humanité passible de 20 ans de prison..

AEDH dénonce l’attitude du gouvernement mauritanien qui, au lieu de poursuivre les esclavagistes, réprime férocement les militants anti-esclavagistes.

Les 13 de Zouérate ont été condamnés en première instance à de lourdes peines de prison (3 à 15 ans) pour leur participation à une manifestation et de soit-disant violences contre les forces de l’ordre. Le Haut Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU  avait déclaré que les poursuites engagées contre eux étaient « destinées à étouffer des groupe et des individus qui agissent pour les Droits de l’Homme ». Selon leur avocat ils auraient été de surcroît soumis à des tortures.

AEDH salue l’initiative des trois avocats qui, le jour même de l’ouverture du procès de Zouérate, ont déposé  au TGI de Paris une plainte contre X   pour tortures et traitements cruels, Maître William Bourdon expliquant  que « les plaignants ont identifié une vingtaine de hauts gradés comme responsables bien connus pour être les architectes de la torture en Mauritanie ».

AEDH exige l’annulation des peines prononcées en première instance et la libération immédiate des militants. Une enquête indépendante devra être conduite sur les allégations de torture et, le cas échéant, les auteurs devront être jugés.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations distinguées.

André Barthélemy Président d’honneur

Copies à :

Mohamed Ould Mohamed Raré, Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation de la République Islamique de Mauritanie – Sidi Ould Zeïne, Ministre de la Justice de la République Islamique de Mauritanie – M. Cheikh Tourad Ould Abdel Malick, Directeur des droits de l’Homme, Commission nationale des droits de l’Homme – S.E. Ambassadeur Mme Salka mint Yamar, Mission permanente de la Mauritanie auprès de l’Office des Nations unies à Genève, Suisse –  Ambassade de la Mauritanie à Bruxelles, Belgique – Ambassade de France en Mauritanie – Ambassade de la Mauritanie en France – Haut Commissariat aux Nations Unies pour les Droits de l’Homme.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *