Dominique Ouattara, Soro : les deux clans du régime ivoirien acculés à Paris

dominique soro

C’était en effet une curiosité. Alors que les médias et un certain nombre d’ONG en France traquaient inlassablement les « biens mal acquis » des chefs d’Etat africains et de leurs familles depuis un certain nombre d’années (Omar/Ali Bongo, Denis Sassou N’Guesso, Teodoro/Teodorin Obiang N’Guema), la propriétaire de AICI, l’agence immobilière de la Françafrique triomphante, Dominique Ouattara, ainsi que son « illustre époux » Alassane, demeuraient invisibles à leurs yeux.

Le tabou semble désormais levé. Après le « teasing » de ce matin (4 décembre 2015), France Inter consacrera un numéro de son émission « Secrets d’info » consacrée à l’investigation au « magot » d’Houphouët et naturellement au rôle trouble joué par Dominique Ouattara dans les détournements dont il a fait l’objet. Et son journaliste Benoît Collombat prépare, nous dit-on, un livre sur le sujet. D’ores et déjà, l’entourage de l’épouse du numéro un ivoirien se raidit à cette perspective…


En tout cas, on peut dire que, ironie de l’Histoire, les deux camps rivaux de la « Ouattarie » (le cercle Ouattara et le cercle Soro) sont désormais sur la sellette en France, pays qui leur a servi à tous les deux de « rampe de lancement » dans la conquête violente du pouvoir en Côte d’Ivoire.

Bien sûr, Dominique Ouattara n’a pas (encore) affaire aux juges, contrairement à Guillaume Soro. Mais n’est-il pas piquant de constater que, d’ores et déjà, un compte Twitter « de guerre » manifestement lancé par des proches de Guillaume Soro menace de faire des révélations sur les « biens mal acquis » du clan Ouattara à Paris ? Ici, il est question d’Amadou Gon Coulibaly, secrétaire général de la présidence et membre du « premier cercle ».

Face aux « intempéries » qui les touchent, les deux cercles rivaux de la Ouattarie se lanceront-ils des boules puantes ou tenteront-ils l’union sacrée ? Tout dépend du degré du pourrissement de leurs relations et d’exacerbation de leurs contradictions objectives. Observons.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *