Thomas Hofnung, un « spécialiste » de la Côte d’Ivoire qui ne travaille pas ses dossiers

livre hofnung

Désormais en service à The Conversation, un magazine en ligne venu des Etats-Unis, l’ancien « spécialiste » Afrique de Libération, Thomas Hofnung, par ailleurs auteur de doctes ouvrages sur « la crise ivoirienne », a repris du service aujourd’hui dans son ancien journal. Il a « pondu » une analyse se voulant savante sur l’élection de Ouattara, qu’il tente de légitimer via un certain nombre de manœuvres rhétoriques. Une analyse mêlant storytelling culturaliste, expertise ethno-quelque-chose et données chiffrées. Le problème est qu’il se trompe quasiment sur tous les chiffres qu’il donne.

  • Bédié n’a pas été président de 1995 à 1999, comme il l’écrit, mais de 1993 à 1999.
  • Gbagbo avait « rassemblé » 32% des voix en 2010, dit-il. Faux. La CEI déjà dirigée par Youssouf Bakayoko lui avait « concédé » un peu plus de 38% des suffrages.
  • Hofnung affirme que le PDCI représente « au moins un tiers de l’électorat ». Sur quoi se fonde-t-il ? Lors de la présidentielle de 2010, Bédié avait obtenu 25% des suffrages exprimés. 25%, c’est un quart ; pas un tiers.

Qui imagine un spécialiste de la vie politique américaine se trompant sur la période durant laquelle Bill Clinton a gouverné, sur le score d’Obama ou de Mitt Romney lors du dernier scrutin, et sur le poids politique du « Grand Old Party » ? Mais tant qu’il s’agit de l’Afrique, ça passe. Bien sûr.

L’article en entier ici.

Commentaires
  1. EHUI

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *