Scénario catastrophe : la Tunisie sans ses palmiers?!

Depuis le 14 janvier 2011 surtout, les tunisiens se sont mis à croire que »impossible n’est pas tunisien « . J’en étais. Ces jours-ci j’ai plutôt tendance à croire que l’impossible n’est effectivement pas tunisien … mais surtout en mal  plus qu’ en bien .
Ce qui me pousse à le croire  ce ne sont ni les aléas de la période (encore) dite révolutionnaire , ni ces informations de plus en plus fréquentes affirmant la persistance de la torture et des exactions, ni ces tambours qui appellent à la guerre contre les activistes des droits de l’homme au nom de la lutte contre le terrorisme. Ce qui m’y pousse c’est surtout une catastrophe écologique qui semble vigoureusement enserrer nos palmiers entre ses crocs .
Papa a commencé à m’en parler depuis quelques années déjà, dès avant le 14 janvier 2011 je voulais dire . Mais ce n’est qu’hier que j’en ai vraiment pris conscience !
Circulant sur l’avenue la plus longue de la capitale – l’avenue Mohamed V- mon regard a été attiré par de nombreux palmiers _ parmi ceux qui la bordent des deux côtés- horriblement étêtés, zombis figés dans la position debout comme implorant ce dur soleil de décembre de venir à leur rescousse ou de nous punir , nous, pour ce qui leur arrive .
IMG_0340_2 IMG_0342_2
                                                                Avenue Mohamed V Tunis
Inutile de vous dire que j’en ai eu les larmes aux yeux et que ma pensée est allée ,encore une fois,à cette idée malencontreuse qui m’envahit de plus en plus depuis un certain moment ( et notamment quand il m’arrive de regarder les soit-disant débats politiques dont nous gavent les chaînes locales) ,cette idée qui me fait croire que nous sommes un peuple fort en matière de …rendez-vous ratés!
Pire , j’en ai perdu le sommeil . Car un cauchemar apocalyptique  -j’allais dire- n’a pas cessé ,depuis , d’envenimer ma vie .
L’avenue Mohamed V se précipite sur moi ,tel un bulldozer géant  poussant une multitude de corps  étêtés et enroulés dans des linceuls gris sombre ou plutôt noir sang comme son asphalte.
Imaginez l’avenue Mohamed V sans ses palmiers !
Vision d’horreur ? Bien sûr que oui . Mais « impossible n’est pas tunisien » . Je vous l’ai déjà dit .
L’affaire a commencé il y a quelques années n’est-ce pas? Un petit insecte a été -lui aussi- attiré par la  » Verte Tunisie » et a élu domicile pas loin des rivages de la Carthage emblématique . On en a parlé un peu .Des experts étrangers (qui n’ont pratiquement pas de palmiers dans leurs pays) sont venus nous prodiguer quelques conseils. Mais comme les obligations du « politiquement correct », tout d’abord, nous imposaient de nous »opposer » à notre » bienfaiteur suprême » en faisant attention à ce genre de « faits » et comme par la suite, tous nos gouvernements qui se sont succédés avaient « plein de choses plus importantes à faire » pour « faire aboutir les revendications de la révolution »  on a vite fait d’oublier  le dit insecte et il nous a semblé que se sentant ignoré il finira bien par s’en aller ou par se faire hara-kiri.
Entre temps ce visiteur ,cet envahisseur c’est acclimaté , a décidé de s’installer et s’est même mis à étendre son domaine.
Carthage , la Marsa , l’Aouina , le centre de Tunis , son Belvédère et même les jardins des son Institut National Agronomique » ,le Bardo… Puis la banlieue sud :Radès et jebel Jeloud notamment…
12367097_10156358072015430_1427143325_n
                                                              Institut Agronomique de Tunis
Imaginez Tunis , le Grand-Tunis , sans ses palmiers !
Oui ,je sais que vous allez me traiter de sauvageonne ou même d’oiseau de mauvais augure et que vous allez prier pour que la foudre me tombe dessus.
Mais cela n’empêche. Dans mon cauchemar une voix sourde comme le tonnerre, que nous n’avons plus entendu depuis un bail,me cogne dessus et me fait tomber de mon lit ,ainsi que mes chats,hurlant : « sais-tu combien de cèdres peut-on encore voir au Liban à part que ceux dessinés sur ses bannières? »
Nos gouvernants ,dont certains ont choisi le palmier comme sigle devraient vraiment y réfléchir .
« Impossible n’est pas tunisien » . Nous allons le prouver encore une fois. Soit en nous mobilisant tous et véritablement pour vaincre ce fléau ravageur ,Soit … Non je n’ai pas vraiment envie de terminer ma phrase
Mon nom signifie ,en arabe coranique,: »petit palmier ».
Tunisiennes , Tunisiens sauvez-nous ,nous vos palmiers !.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *