Saada, ce tombeur

Capture d’écran 2016-08-05 à 23.22.04

Voici les faits tel que relayés par la presse internationale. Hassan Saada, jeune boxeur marocain âgé de 22 ans et marié, était censé défendre nos couleurs ce samedi contre un boxeur turc. Mardi dernier, il a invité deux employées du village olympique à le rejoindre dans la chambre qu’il partage avec deux autres athlètes. Il a demandé à l’une des deux de prendre un selfie avec lui et lui a réclamé son Facebook. Ensuite, il l’a plaquée contre un mur et a tenté de l’embrasser. A l’autre, il a proposé de bénéficier de ses services sexuels contre de l’argent, après lui avoir tripoté les seins et les jambes. Saada est pour l’instant interdit de compétition, il sera maintenu pendant 15 jours en garde à vue et risque entre 6 et 10 années de prison.

Maintenant voici les faits tel que relayés par Nourredine Ben Abdennbi, président de la délégation marocaine olympique. Selon lui, il se pourrait que ce soit les deux femmes qui l’aient harcelé sexuellement et que la définition du viol diffère d’un pays à l’autre.Capture d’écran 2016-08-05 à 23.22.41

De tout le village olympique – rempli de milliers de scandinaves, de latino-américains, de russes et je ne sais pas qui de stéréotypiquement beau -, ces deux femmes ont choisi ce beau gosse pour le harceler ? De tout le village olympique, elles ont choisi un boxeur pesant 81 kilos capable de leur déboîter la mâchoire avec une simple caresse ? Je suis sure que ce mec est coupable. D’un côté, parce que le viol en période de compétition est un sport national. De l’autre, parce que nous avons un rapport à la sexualité tellement bizarre que je suis persuadée qu’il ne sait même pas ce qu’il a fait.

Capture d’écran 2016-08-05 à 23.22.45Combien de marocaines ont été plaquées contre un mur, tripotées, forcées à embrasser un inconnu, doigtées, traitées de putes et ont continué leur chemin comme si de rien n’était. Ce n’est pas pour lui trouver des excuses – personnellement, j’ai envie qu’il se prenne 20 ans – mais il vient d’un pays où les hommes sont traités comme supérieur sauf quand il s’agit de leur pénis. Là ce n’est plus leur faute. Il viole parce qu’elle se trouvait là, il avait les couilles pleine et il avait besoin de se soulager comme dans des toilettes, il était 21 heures passées, elle portait ceci ou cela, etc. Ce n’est jamais « je suis un connard qui ne connaît pas le sens des limites et qui croit que toutes les femmes du monde lui appartiennent ».

Derniers commentaires
  1. mpapiboum
  2. othmans
  3. KAHLOUCH

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *