Ta chatte est très bien comme elle est

the-vagina-artists-of-etsy-251-body-image-1416514149

 

La nymphoplastie et autres chirurgies vaginales sont en train de gagner du terrain au Maroc, c’est du moins ce que dévoile un article publié très récemment sur le site de Telquel. On y apprend qu’un vagin large est un motif de divorce, qu’un psychanalyste connu conseille de le resserrer pour sauver son mariage, que ce genre d’opération coûte jusqu’à 25 000 dhs, que des femmes se font injecter de l’acide hyaluronique pour gonfler le point G, qu’une opération ratée peut sérieusement amocher une vulve. Etc.

Je vais vous dire un truc. J’ai grandi avec des femmes et j’ai passé mon enfance dans les hammams ; des chattes, j’en ai vu de toutes les formes et de toutes les couleurs. Je regarde du porno depuis que j’ai 9 ans – la faute à cette fameuse Venus TV -, et à aucun moment de ma vie je n’ai pensé qu’une chatte était plus belle qu’une autre. Je n’ai jamais vu deux amies en train d’envier l’une la chatte de l’autre. Oui, il nous arrive de regarder d’autres chattes que la nôtre, ça arrive, des fois on n’a pas mieux à faire, deal with it.

Le problème vient de « l’entitlement » inhérent à la condition du mec marocain. Le mec marocain est de facto dégoûté par la chatte. Il ne la lèche pas, ne la branle pas, il pense qu’elle pue par défaut. Le sexe, pour le mec marocain, est une hampe dans un trou et des va et vient jusqu’à ce qu’il se soulage. Après tout, il voit la jouissance comme une excrétion ; combien de fois a-t-on entendu, en soirée ou dans la rue, un mec dire « sois gentille, tu ne vas pas me laisser comme ça ! » comme si on venait de lui infliger une constipation ? S’il a un petit pénis, c’est à sa partenaire d’aller se faire resserrer le vagin.

Pourquoi, bordel, une femme devrait-elle se faire injecter de l’acide dans les parois vaginales alors qu’atteindre le point G est juste une affaire de patience et de partage ? Pourquoi devrait-elle subir volontairement une mutilation génitale juste pour qu’un gars daigne regarder ce qu’elle a entre les cuisses ? Pourquoi devrait-elle encourager un homme, qui voit le sexe féminin comme un outil masturbatoire, dans sa paresse ? Pourquoi devrait-elle se faire resserrer le vagin en guise de punition d’avoir donné la vie ? Pourquoi ces femmes restent avec des hommes qui critiquent leurs corps quand elles sont nues, au summum de leur vulnérabilité ?

J’ai vu des bites ayant la couleur de la mort subite et des scrotums assez larges pour en faire des manteaux. J’ai vu des pénis plus fins que mes doigts. J’ai vu des coïts de deux secondes et vingt éjaculations précoces à l’heure. J’ai vu trop de poils et senti trop de smegma sur une seule personne. Je ne sais pas pourquoi je n’ai jamais fait la remarque alors que la nymphoplastie existe.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *